ACTUALITES

Janvier 2023

 

 

 

 

https://fr.lovepik.com/images/png-1662043.html

 

Nouvel An Chinois, Nouvel An Lunaire ou Fête du Printemps

22 janvier 2023

Année du Lapin d’Eau

 

Le ‘Nouvel an Lunaire’ ou ‘Nouvel An chinois’ a lieu le premier jour du premier mois du calendrier lunaire. Bien qu’il tombe pendant l’hiver, les Chinois l’appellent également ‘Fête du Printemps’ (春节 chūnjié / chwnn-jyeah). La nouvelle année lunaire commence ce jour-là.

C’est la plus grande célébration au monde. Au moins un cinquième des personnes dans le monde célèbrent le Nouvel An chinois. Les pays asiatiques dont la Corée du Sud, Corée du Nord, Japon, Vietnam, Singapour, Indonésie, Malaisie ainsi que les Chinois d’outre-mer, célèbrent également la Fête du Printemps.

Chaque Nouvel An chinois commence l’année du zodiaque d’un nouvel animal. Nous quittons l’année du Tigre d’eau pour entamer celle du Lapin d’eau. Cette fête dure en moyenne sept jours.

Le premier jour de la fête du printemps, il est de tradition de se parer de nouveaux vêtements et de rendre visite (拜年) aux parents, à la famille proche et aux amis en échangeant des salutations de bonne année ainsi que des enveloppes rouges ! ` 新年快乐 (Xīnnián Kuàilè) Bonne année !  心想事成 (Xīnxiǎng shì chéng) Que tous vos souhaits se réalisent ! 阖家幸福 (Héjiā xìngfú) Bonheur pour toute la famille !

Distribuer des enveloppes rouges est l’une des coutumes traditionnelles les plus populaires du Nouvel An. Chaque année des milliards d’enveloppes rouges 红包 (Hóngbāo) sont distribuées, des aînés aux enfants, des parents aux grands-parents, aux amis, aux voisins, aux collègues, etc. Elles sont toujours rouges, symbole de chance pour l’année à venir et elles contiennent de l’argent. De nos jours, l’enveloppe rouge électronique a même fait son apparition.

 

https://pixabay.com/fr/photos/rouge-nouvelle-ann%C3%A9e-4048806/

 

Voici quelques recommandations concernant ces enveloppes rouges. Ne pas ouvrir l’enveloppe que l’on vient de vous offrir. Surtout ne pas mettre de billets froissés mais de préférence des billets neufs. Pas de pièces de monnaie. Les Chinois préfèrent les nombres pairs aux nombres impairs, alors donnez 20, 200 plutôt que 10 ou 100. Eviter les montants de 40, 44 et 400 car le chiffre 4 est proscrit puisqu’il ressemble au mot « mort » en chinois. L’enveloppe doit être neuve et si possible, imprimée avec des caractères comme « 健康 快乐 » (Jiànkāng kuàilè, signifiant bonne santé) pour les enfants, « 寿 » (Shòu, signifiant la longévité) pour les aînés. N’oubliez pas de transmettre vos vœux lorsque vous donnez l’enveloppe. Lorsque vous la recevez, prenez-la des deux mains et en même temps, remerciez en exprimant vos bons vœux.

Le festival est également mis en valeur par des activités multiples et colorées telles que les foires dans les parcs et dans les temples, les danses de lions et les danses de dragons, assister au feu d’artifice, etc.

 

https://pixabay.com/fr/users/12019-12019/?utm_source=link-attribution&utm_medium=referral&utm_campaign=image&utm_content=93535

 

La danse du dragon est une danse traditionnelle pratiquée lors de grandes fêtes chinoises. Le dragon est un des symboles de bonheur et de prospérité. La danse du dragon est exécutée par une équipe très entrainée qui manipule le corps sinueux formé de sections articulées à l’aide de perches positionnées à intervalles réguliers le long de son corps. La longueur des dragons va en général de 25 à 35 mètres pour les modèles favorisant des danses acrobatiques, et de 50 à 70 mètres pour les modèles de parade et de cérémonie. Une double danse du dragon met en jeu deux troupes de danseurs entrelaçant leurs dragons. Plus rarement encore, on assiste parfois à des performances mettant en jeu les neuf dragons traditionnels (neuf symbolisant la perfection) ; de telles danses, demandant un grand nombre de participants venant de plusieurs organisations, sont assez rares.

Pas de Nouvel An sans un repas aux mets traditionnels ayant diverses significations pour porter chance. Les plats pendant la Fête du Printemps varient d’un endroit à l’autre dans le sud et le nord. Les plats les plus courants du Nouvel An chinois comprennent des jiaozi et des rouleaux de printemps pour une bonne santé, des nian gao ou gâteau de riz gluant pour souhaiter une promotion, des tangyuan pour une famille unie, des wontons, des nouilles de longévité pour le bonheur et une longue vie, du poisson pour la prospérité, des fruits comme des oranges, des pomelos pour la santé, etc.

 

Tabous

Pour une année sans heurts, les gens évitent généralement les comportements malchanceux pendant la Fête du Printemps. Les mots peu propices comme mauvais, mort, tuer, malade, pauvre, etc. doivent être évités. De plus, il faut être prudent lorsque l’on tient des assiettes, des tasses et d’autres objets fragiles. Il est fortement déconseillé de balayer le sol ou de renverser de l’eau. La coupe de cheveux doit être évitée jusqu’au deuxième jour du deuxième mois lunaire. Il ne faut pas porter de vêtements blancs ou noirs, etc. Les tabous et superstitions sont nombreux.

 

Certaines traditions ont presque totalement disparu. 

Traditionnellement, chaque foyer chinois s’efforçait d’être le premier à déclencher des pétards lorsqu’on ouvrait la porte à minuit, le 1er jour du Nouvel An chinois. On allumait d’abord une chaîne de petits pétards, suivie de trois gros pétards, qui symbolisaient le son de la vieille année et le son de la nouvelle année. Plus les trois pétards sont bruyants, mieux c’est car cela symbolise plus de chance pour les affaires et les récoltes dans l’année à venir. Désormais, le déclenchement de pétards est interdit dans les villes, il faut se rendre dans les zones rurales pour assister à cette coutume.

Offrir un sacrifice au Dieu de la Fortune comme un cochon entier, une chèvre, un poulet, un canard ou une carpe, le 2ème jour (dans le nord de la Chine) ou le 5ème jour (dans le sud de la Chine) de la Fête du Printemps pour bénéficier de chance durant l’année à venir.

Interdiction de sortir le jour du chien écarlate 赤 狗 日 (Chì gǒu rì), le troisième jour de la fête du printemps.  Une légende raconte que le chien écarlate était le dieu de la colère. Quiconque le rencontrait aurait de la malchance. C’est pourquoi, les Chinois ne reçoivent aucun invité ce jour-là. Aujourd’hui, personne ne respecte plus cette règle.

De même, le 4ème jour de la fête du Nouvel an, l’empereur de jade envoie un nouveau dieu de la cuisine pour la nouvelle année. Il n’est donc pas approprié de quitter la maison ce jour-là.

Le 29ème jour du 12e mois lunaire, préparer à l’avance les plats principaux ainsi que les petits pains cuits à la vapeur farcis de haricots rouges et décorés de points rouges pour la Fête du Printemps, est une tradition qui se perd également.

 

 

 

 

 

ORS ET TRESORS – 3 000 ANS D’ORNEMENTS CHINOIS

 

A propos d’une exposition à l’Ecole des Arts Joailliers (Paris)

Superbe exposition que celle-ci, organisée dans le cadre luxueux de l’Ecole des Arts Joailliers avec le soutien de Van Cleef & Arpels, jusqu’au 14 avril 2023. La collection Mengdiexuan (« L’atelier du Rêve du Papillon »), patiemment rassemblée par un couple de passionnés de Hong Kong, retrace l’attrait éprouvé pour l’or dans le monde chinois, depuis la dynastie Shang (16e – 11e s. AEC) jusqu’à la fin de l’empire.

Ce voyage dans le temps nous conduira, des steppes mongoles aux routes de la soie, jusqu’au cœur de l’empire, à la découverte des techniques et des symboles véhiculés par le précieux métal. Chemin faisant, nous croiserons des peuples de hardis cavaliers, des alchimistes, des marchands persans, un empereur dévot, une princesse Liao et quelques autres personnages de haut rang…

Conférence en ligne sur Zoom

Horaire : mardi 31 janvier à 14h30 ou 18h30 (même contenu)

Inscription par mail auprès de cardeodelor@gmail.com, en précisant l’heure choisie, validée par le versement de 15€/personne sur le compte BE 03 3704 6338 8184 de Catherine Noppe.

Le lien Zoom pour rejoindre la conférence à l’heure choisie ainsi qu’un PDF reprenant l’ensemble des images vous seront communiqués la veille de celle-ci.

 

 

 

HORIZONS

Qiu Shihua | Leiko Ikemura | Kimsooja | Evelyn Taocheng Wang | Yu Duan

October 21, 2022 – April 10, 2023

 

The exhibition Horizons presents striking positions by contemporary, internationally renowned artists from China, Korea and Japan at the interface between Far Eastern and Western art. The exhibition includes works by Qiu Shihua, Leiko Ikemura, Evelyn Taocheng Wang, Kimsooja and Yu Duan.

The selected artists come from the three East Asian countries represented by the MOK: China, Korea and Japan. They draw on their centuries-old tradition as part of their identity. In that spirit, individual pieces of ancient art are juxtaposed with their works in the exhibition. The influence of Western art on China, Korea and Japan has by no means eliminated tradition, instead challenging it to develop and evolve along new lines in the course of globalization. Transcending the bounds of their cultural origins, the artists cited above have created works that resonate with concepts from modern Western art.

Horizons testifies to the vitality and creative resilience of contemporary East Asian art. It constantly draws anew from its rich tradition and achieves impressive new inventions, rediscoveries and re-interpretations. It will play an increasingly important role on the international stage.

Museum für Ostasiatische Kunst Köln

Universitätsstrasse 100

D 50674 Köln

 

 

 

Mélanges Chinois et Bouddhiques

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du 34ème volume de notre publication : Mélanges Chinois et bouddhiques.

 

 

This volume sheds new light on the matter of religious mountain culture in China – a theme of great relevance to the Chinese civilization. Already during the Chinese antiquity, mountains had specific ritual functions. This may be seen as a precursor to the importance mountains gained when in medieval China Buddhism and Daoism emerged as dominant religions. Adepts of both religions often went into retreat on mountains to practice spirituality, and as a result monastic communities often formed on mountains. In the further course, certain mountains began to attract pilgrims, since they were associated with famous practitioners who had lived there, or since they were seen as the seat of particular Buddhist or Daoist deities. As il would be impossible to cover this wide field in total, the present volume is designed to offer specialized studies of selected segments. Contributing scholars include Bart Dessein, Susan Andrews, Huang Chi-chiang, Timothy Wai Keung Chan, Thomas Jülch, Stephen Eskilden, jan De Meyer, and Louis Komjathy.

The cover image shows the Yuhua Hall of the Guoqing Monastery in the Tiantai Mountains. The image was taken by Thomas Jülch in 2017.