Workshop

4 octobre 2019

Atelier d’Amateurs 

Les ateliers d’amateurs sont inspirés d’une pratique chinoise ancienne : les lettrés – par définition, des « amateurs » – aimaient échanger leurs découvertes et leurs plaisirs de collectionneurs. Ils se réunissaient en cercles restreints autour de leurs objets de prédilection : peintures, calligraphies, céramiques, jades etc…

Dans l’atelier d’amateurs organisé aujourd’hui à l’Institut chinois, les objets proposés par les amateurs, seront soumis à l’éclairage d’une érudition savante présentée par un collège de spécialistes – ouvert, à l’occasion, à tout érudit ou collectionneur averti.

Seules des appréciations orales ont été formulées en séance. Dans l’esprit même d’ateliers culturels et éducatifs, aucune expertise formelle n’a été établie.

Les experts

Chantal Kozyreff, Conservateur honoraire d’Extrême-Orient aux MRAH, Japon et Chine

Patrick Laycock, Brussels Art Laboratory : Chine (Hautes époques et archéologie Ming), Pakistan, Inde, régions himalayennes et Asie du SE.

Jean-Marie Simonet, Sinologue, peinture et écriture chinoises.


Cours et Workshop : le 1er et 2 octobre 2019

Datation et Authentification

Les méthodes scientifiques et les critères d’authenticité

 

 

 

 

 

 

 

 

Patrick Laycock

Historien d’art, historien et expert en art de renommée international, agréé par la Chambre Belge des Experts Chargés de Missions Judiciaires et d’Arbitrage.

 

Plutôt que de considérer les œuvres selon la vision habituelle de l’historien d’art, le but du cours a été de les aborder dans l’optique des matières mises en œuvre, des techniques de fabrication et du vieillissement des matériaux.

La première journée a visé à expliquer, dans le détail, les différentes techniques scientifiques dont nous disposons actuellement pour nous aider à dater et authentifier les objets archéologiques. Il a été également question des critères d’authenticité pour les matières les plus courantes (céramique, pierre, bronze et bois). Cet exposé, plutôt théorique, s’est tenu dans les locaux du Brussels Art Laboratory.

La seconde journée a consisté à pointer, sur les objets archéologiques, les éléments qui permettent d’affirmer que ces œuvres sont authentiques ou fausses.

Cette deuxième partie du cours, essentiellement pratique, s’est déroulée au Musée Art et Histoire.

 


Worshop du 7 au 11 août 2018